La Vie de Nomade

Préparer son voyage à la voile, le départ administratif des Québéquois

27 Sep, 2017 | BLOG, La vie de nomade | 0 commentaires

Il y a quelques temps, nous avons mis en ligne un article sur la préparation administrative avant un départ en voilier. Voyager en voilier ne rentre malheureusement dans aucune case de l’administration et il faut donc jongler entre différents statuts et bien anticiper les choses. Parmi les retours que nous avons eus, ceux de la communauté Québéquoise se sont fait entendre. Très nombreux à voyager sur l’eau, nos amis outre-Atlantique se demandaient comment préparer leur départ également.

Alors aujourd’hui nous recevons Lizanne du blog Voilier Bidule pour nous détailler tout cela !
Elle est Québéquoise et cela fait maintenant sept ans qu’elle parcourt les mers sur son voilier. La team Tau Here est ravie de l’accueillir ici ! On lui laisse la parole !

Tau Here voilier-bidule <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage à la voile, le départ administratif des Québéquois la-vie-de-nomade blog

Voilier Bidule aux Antilles

Lizanne :

Récemment, Sonia, une copine du groupe Facebook « Femmes en bateau » qui a quitté la France avec son conjoint en avril 2016 a écrit un article de blog sur les considérations administratives d’un départ. Quelques membres de ce même groupe ont montré un intérêt pour une version québécoise traitant du même sujet. La voici ! Notez que cet article se veut un complément à celui de Sonia. Alors, si vous voulez lire l’article original ou si vous êtes Français, c’est ici. Voici donc quelques points à ajouter à votre liste de choses à régler avant votre grand départ vers l’aventure.

Assurances bateau:

Les différents pays visités ne vous obligeront pas à avoir de l’assurance. C’est donc un choix personnel selon la valeur du bateau et votre niveau de confort face aux risques. Les compagnies canadiennes en général ne vous assurerons plus à partir du moment où vous quittez les côtes. Il faut donc trouver une compagnie extérieure qui voudra bien le faire. Un appel à tous sur les groupes de voileux FB peut vous offrir plusieurs solutions si vous avez le portefeuille assez garni.

Par ailleurs, si vous pensez amarrer au quai d’une marina à l’occasion, vous allez avoir besoin d’une assurance responsabilité civile (ou tiers, c’est la même chose). Elle est régulièrement exigée. Encore une fois, il ne faut pas compter sur l’aide des compagnies canadiennes. Nous utilisons le broker français « Mer assurances » qui nous fournit une police anglaise que nous payons environ 500 Euros par année. Encore une fois, un appel à tous pourrait vous fournir d’autres options.

Assurances santé:

La RAMQ vous offre la possibilité d’une année de couverture à l’extérieur du Québec durant 7 ans (il est possible de la conserver quelques mois de plus dépendant du temps de l’année où vous quittez le territoire). Il faut faire une demande par écrit pour l’obtenir. Tous les détails se trouvent sur le site web de la régie. Vous pouvez essayer de leur offrir de continuer à payer des cotisations en échange de la continuation d’une couverture mais, la réponse sera non. Donc après la première année, vous pouvez vous assurer au privé si tel est votre choix. Encore une fois, les pays visités ne l’obligent pas pour l’instant. La seule demande que nous avons eue parmi la trentaine de pays visités jusqu’à maintenant était celle d’un agent en Polynésie Française qui voulait une preuve d’assurance avant de fournir, pour nous, la caution d’entrée. Les compagnies canadiennes offrent seulement des polices pour compléter l’assurance offerte par la RAMQ. Je sais que DAN aux US offre des plans mais ils y en a sûrement d’autres.

Certains pays offrent des soins à prix raisonnables. Une consultation médicale peut coûter 50$ US en moyenne. Quelques-uns offrent des soins gratuitement si vos blessures ont été causées par un accident tel que la Nouvelle-Zélande. L’obtention d’antibiotiques au Vanuatu pour tuer un staphylocoque qui essayait de me bouffer la cheville a coûté la modique somme de 1$. L’injection d’un vaccin et la consultation avec un médecin spécialisé en maladies tropicales aux Canaries nous avait coûté 10 Euros plus le prix du vaccin. Ceci dit, une maladie grave, une chirurgie ou un accident sérieux peut faire monter la facture rapidement. À vous de décider comment gérer le risque.

Tau Here voilier-bidule <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage à la voile, le départ administratif des Québéquois la-vie-de-nomade blog

Statut social (sécu)

Au Canada, on est résident ou ont ne l’est pas. Si le choix est de ne pas l’être, vous n’aurez plus d’adresse, de compte de banque, de permis de conduire, … et vous aurez une adresse à l’étranger. Ce n’est pas très pratique pour nous alors nous restons résidents. Ceci implique d’avoir une adresse au Québec avec quelqu’un qui s’occupe d’ouvrir votre courrier. Ce n’est pas une grosse tâche car il n’y en aura pas beaucoup. À ma connaissance, aucune agence n’offre ce service chez nous contrairement à nos cousins français. Vu que le nombre de personnes logeant à un endroit n’influence pas les taxes ou les impôts à moins d’être seul, il est plus facile de trouver un volontaire pour nous aider.

Nous n’avons pas de sécurité sociale une fois en voyage mais il faut quand même fournir une déclaration d’impôts annuelle. Notez que si vous n’êtes plus éligible pour l’assurance maladie, vous ne devez pas non plus payer pour l’assurance médicaments qui est réclamée au moment de la déclaration. Le gouvernement du Québec a encore un peu de difficultés à comprendre ce point et nous devons leur rappeler à chaque déclaration. Vous pouvez remplir les déclarations par internet mais nous laissons une copine comptable les faire pour nous en échange de cadeaux exotiques d’un peu partout dans le monde. Il n’y a pas de démarches précises à effectuer auprès des gouvernements si vous restez résidents.

Permis de conduire et Passeport:

Contrairement à nos copains français, nous devons renouveler notre permis de conduire tous les ans. Les paiements peuvent se faire à distance mais pas le renouvellement de photo qui se fait aux quatre ans. Il est possible d’obtenir une année supplémentaire « sans photo » si vous en faites la demande par écrit à la SAAQ. Donc vous allez devoir prévoir un retour au Québec tous les cinq ans pour ce renouvellement. Si votre photo devient périmée quelques mois après votre départ, sachez qu’il est possible de faire prendre la photo jusqu’à 6 mois d’avance et la faire mettre à votre dossier jusqu’au renouvellement. Pour plus de 6 mois, vous allez devoir revenir. Nous n’avons pas de permis international et personne ne l’a jamais demandé. Par ailleurs, sur le site web de la SAAQ se trouve une feuille explicative en anglais du permis que l’on peut imprimer et montrer en cas de besoin.

Si votre plan est d’aller dans le sud, un visa n’est pas nécessaire pour plusieurs pays ou pour les États-Unis. Par contre si vous voulez sortir de cette zone, le passeport ainsi que des visas seront peut-être demandés. Par exemple, si vous voulez passer plus de 90 jours en Europe, il faut appliquer pour un visa longue durée. Le site web de voyage du gouvernement canadien (https://voyage.gc.ca) donne toutes les informations nécessaires. Pour un renouvellement de passeport à l’étranger, vous trouverez sur ce même site des informations sur les différentes ambassades qui offrent le service. Avant que l’expiration soit à 10 ans, j’ai dû refaire mon passeport à Trinidad et en Nouvelle-Zélande sans problème mais tout en anglais. Avec le nouveau délai, la plupart des voyageurs seront rentrés avant d’avoir besoin de renouveler. Pour des informations sur les procédures d’entrées et sortie des pays en bateaux, le site le plus complet est celui de Jimmy Cornell (www.noonsite.com) qui est en anglais seulement. Je partage aussi des informations sur mon blog mais seulement pour les pays à l’extérieur des Antilles où c’est plus compliqué.

Licence radio:

Selon la loi, vous devez obtenir une licence radio pour votre VHF si vous quittez le territoire. Ceci n’est pas la même chose que le certificat d’opérateur radio que vous devez avoir de toute façon au Québec. Les documents à remplir à l’arrivée dans un pays vont presque toujours vous le demander votre indicatif sans que personne ne semble vraiment vérifier. Ceci étant dit, c’est la loi alors voici le site web : https://www.tc.gc.ca/fra/securitemaritime/epe-navigation-radiocomms-faqs-1489.htm.

Tau Here voilier-bidule <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage à la voile, le départ administratif des Québéquois la-vie-de-nomade blog

Banques:

Il est intéressant de vérifier avec votre banque ce que vous pouvez ou non faire à distance avant de partir. Je m’en sors mieux en effectuant des transactions à partir de mon compte à la Caisse populaire que celui à la BMO par exemple. Il y aura peut-être des dispositions à prendre ou des changements à faire. Nous avons aussi remarqué des endroits où Visa est accepté et pas MasterCard ou vice versa. Ce n’est que pour de rares endroits mais si vous partez pour un tour du monde, ce n’est pas une mauvaise idée d’avoir les deux. Ne comptez pas trop sur vos cartes de banques pour effectuer des retraits d’argent. Cela fonctionne mieux avec les cartes de crédit.

Budget:

Mon expérience et mes lectures concordent avec ce qu’a écrit Sonia; un budget de 2000$ Can par mois pour deux est la moyenne. Bien sûr, certains vivent de poisson et de riz pour moins et d’autres aiment les marinas, les locations de voitures, les centres de plongée et ont besoin de plus. Soit les marins s’adaptent à leur budget, soit ils retournent au travail.

Communications:

Il y a eu un temps où l’on pouvait s’approcher de terre avec une antenne Wifi et trouver des réseaux internet ouvert et gratuit mais c’est moins vrai aujourd’hui. Et même, plus du tout à bien des endroits sauf dans certaines marinas. Le plus simple quand on est près des côtes est d’avoir un cellulaire avec accès débloqué pour tous les fournisseurs et qui peut aussi servir de point de connexion Wifi. Ensuite, il suffit d’acheter un SIM local pour le téléphone et l’Internet. S’il vous faut absolument un numéro fixe, Skype offre ce service. En mer, il y a le téléphone satellite, la BLU ou le radio HF. Nous sommes tous les deux radios amateur et nous ne regrettons pas encore notre choix car, même si nous entendons depuis presque 10 ans que cette technologie est vouée à disparaître, nous avons toujours été capable de communiquer. Chacun fait son choix mais, je le mentionne car si la radio est également le vôtre, il faut penser à obtenir la licence avant le départ. Pour plus d’info voir le site web du Réseau du Capitaine (www.lereseauducapitaine.qc.ca).

Conclusion :

Quel que soit votre pays de résidence, la préparation administrative du départ n’est pas à laisser au hasard. Y penser six mois à l’avance peut être un bon délai.
Merci à Lizanne pour toutes ces précisions concernant le Québec.

Et vous comment avez-vous préparé votre départ ?!

L'Atlas

Visitez notre guide nautique : ports, mouillages et découvertes terrestres

Carnet de Voyage

Histoires, Anecdotes, Voyage ...

Découvrez notre périple à la voile

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Pin It on Pinterest

Share This