Billet d’humeur

Le jour où un canapé m’a rappelé combien j’aimais le voyage

19 Oct, 2017 | Billet d'humeur | 1 commentaire

Il y a peu, je suis rentrée quelques jours en France. Une petite pause dans le voyage pour régler divers papiers administratifs et faire un petit coucou à mes grands-parents. Après 4 h de vol je débarque à Toulouse. La température est plus fraîche, mais supportable. Les toulousains sont des gens agréables, alors même s’il est 3h du matin, l’arrivée est plutôt cool.

Une heure plus tard, j’arrive chez mon beau-frère. Il  m’héberge gentiment pour une nuit. Cela me dépanne bien car s’il n’avait pas été là, j’aurai certainement passé la nuit à l’aéroport.

Tau Here voyage-nomadisme-tau-here-e1508249022295 <i class="fa fa-commenting" aria-hidden="true"></i>Le jour où un canapé m’a rappelé combien j’aimais le voyage billet-dhumeur

Quelques minutes de papotage, deux verres d’eau et un code wifi plus tard, une drôle d’impression m’envahit. Bien installé dans le canapé, quelque chose me trouble et distrait mon repos. Il me faut du temps pour analyser ce qu’il se passe. C’est stable, incroyablement stable. Rien ne bouge pas même un petit dodelinement du canapé, rien. Étrange sensation. Et puis il y a le bruit du frigo, celui de l’ordinateur et des voitures dehors. J’ai l’impression d’avoir atterri sur une autre planète. Tout est tellement différent. Mais qui donc peut bien vivre dans de grandes boites carrées immobiles et entassées les unes sur les autres ?

Ahhh comme on oublie vite les choses ! il n’y a pas trois ans, je trouvais cela tout à fait banal, et même, il y a 5 ans, je ne voyais pas comment on pouvait faire autrement ! Et pourtant aujourd’hui je vie en bateau, cela me paraît banal et revenir en arrière ne me plairais guère. Comme quoi on peut s’habituer à tout, trouver du plaisir dans toute chose et s’amuser de la vision que l’on avait avant !

Comment mon point de vue sur ce mode de vie a changé et pourquoi ?

Jusqu’à cette nuit-là où cette pensée s’est glissée dans ma tête, je ne me considérais pas comme une navigatrice. Et je précise que ce n’est toujours pas le cas !! Le mal de mer me fait toujours souffrir, les vagues ne m’amusent pas vraiment, découper un poisson en pleine mer me retourne l’estomac, faire de la voile au près m’inconforte. Enfin vous l’aurez compris, tous les moments que je passe en bateau ne sont pas un rêve paradisiaque !! Tout me portait à croire que lorsque je reviendrai quelques temps sur le plancher des vaches, je m’y sentirai bien, voire que j’envisage d’y retourner.

Pourtant, allongé sur ce canapé, à cet instant, je me rends compte que c’est tout le contraire. Vivre en bateau, avec tous les inconvénients que cela comporte me parait bien moins insensé que de vivre dans une boite !

Tau Here voyage-nomadisme-tau-here-e1508249022295 <i class="fa fa-commenting" aria-hidden="true"></i>Le jour où un canapé m’a rappelé combien j’aimais le voyage billet-dhumeur

Ce jour là j’ai bien failli perdre mes doigts en manipulant le guindeau … !

Qu’est ce qui a changé alors ?

Aussi étrange que cela puisse paraitre, je n’échangerai pas les heures à nettoyer le gasoil dans les fonds en pleine mer, ou encore les quarts de nuits à surveiller les dents serrées pour éviter de rendre le repas, ou bien même 24h à se nourrir exclusivement de bananes et de snikers tant la mauvaise mer nous empêche de cuisiner ne serait-ce qu’un bol de pâte contre une boite aussi confortable et chaleureuse soit-elle.

Les nomades me comprendront certainement. Les autres, vous devez probablement vous dire qu’une case de mon cerveau est tombée au fond de la mer ! Et je ne peux qu’entendre votre scepticisme !

Moi à l’origine, je suis une terrienne, une vraie qui aime le sol stable ! En plus de cela, le confort est un mot qui me va bien. Je m’y sens bien dedans et je le pensais nécessaire à mon bien-être. Mais le voyage à cet effet-là sur vous qu’il vous transporte, il vous révèle. Je suis partie pour plusieurs raisons, une d’entre elle était de me découvrir. Je crois finalement que dans le voyage on se construit, on se façonne. Le voyage c’est tellement de galères, qu’il est impossible de se cacher derrière des faux-semblants. Ce n’est pas un luxe possible. C’est alors que vous commencez à exister. Et même si cela implique de se passer de frigo, de vomir vos tripes durant toute une nuit ou d’avoir l’intégralité du bateau qui sent le gasoil pendant des semaines, peu importe. Chaque instant est vrai qu’il soit agréable, nouveau, bizarre, sympa, douloureux … ou non.

Tau Here voyage-nomadisme-tau-here-e1508249022295 <i class="fa fa-commenting" aria-hidden="true"></i>Le jour où un canapé m’a rappelé combien j’aimais le voyage billet-dhumeur

Entre Cocooning et aventure, le choix à parfois été difficile !

Ce soir-là donc,  je ne suis pas devenue aventurière, navigatrice ou exploratrice. Ce soir-là je suis simplement devenue, moi, nomade sur l’eau. Une piqure de rappel à terre m’a suffi à me rendre compte à quel point le nomadisme, avec tout ce qu’il implique est agréable. Les jours passent et ne se ressemblent pas. On apprend, on rencontre, on découvre.
Alors à travers ce petit article, je vous invite à expérimenter la vie de nomade ! Parce que qui que vous soyez, quelle que soit votre histoire et votre tempérament, vous découvrirez à coup sûr de belles choses. Si vous vous êtes déjà lancé, alors tout comme moi, j’espère que vous tirez parti de tout ce que cela vous apporte !

Enregistrer

Enregistrer

L'Atlas

Visitez notre guide nautique : ports, mouillages et découvertes terrestres

Carnet de Voyage

Histoires, Anecdotes, Voyage ...

Découvrez notre périple à la voile

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Pin It on Pinterest

Share This