Préparer son voyage à la voile, le départ administratif des Québéquois

Préparer son voyage à la voile, le départ administratif des Québéquois

La Vie de Nomade

Il y a quelques temps, nous avons mis en ligne un article sur la préparation administrative avant un départ en voilier. Voyager en voilier ne rentre malheureusement dans aucune case de l’administration et il faut donc jongler entre différents statuts et bien anticiper les choses. Parmi les retours que nous avons eus, ceux de la communauté Québéquoise se sont fait entendre. Très nombreux à voyager sur l’eau, nos amis outre-Atlantique se demandaient comment préparer leur départ également.

Alors aujourd’hui nous recevons Lizanne du blog Voilier Bidule pour nous détailler tout cela !
Elle est Québéquoise et cela fait maintenant sept ans qu’elle parcourt les mers sur son voilier. La team Tau Here est ravie de l’accueillir ici ! On lui laisse la parole !

Tau Here voilier-bidule <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage à la voile, le départ administratif des Québéquois la-vie-de-nomade blog

Voilier Bidule aux Antilles

Lizanne :

Récemment, Sonia, une copine du groupe Facebook « Femmes en bateau » qui a quitté la France avec son conjoint en avril 2016 a écrit un article de blog sur les considérations administratives d’un départ. Quelques membres de ce même groupe ont montré un intérêt pour une version québécoise traitant du même sujet. La voici ! Notez que cet article se veut un complément à celui de Sonia. Alors, si vous voulez lire l’article original ou si vous êtes Français, c’est ici. Voici donc quelques points à ajouter à votre liste de choses à régler avant votre grand départ vers l’aventure.

Assurances bateau:

Les différents pays visités ne vous obligeront pas à avoir de l’assurance. C’est donc un choix personnel selon la valeur du bateau et votre niveau de confort face aux risques. Les compagnies canadiennes en général ne vous assurerons plus à partir du moment où vous quittez les côtes. Il faut donc trouver une compagnie extérieure qui voudra bien le faire. Un appel à tous sur les groupes de voileux FB peut vous offrir plusieurs solutions si vous avez le portefeuille assez garni.

Par ailleurs, si vous pensez amarrer au quai d’une marina à l’occasion, vous allez avoir besoin d’une assurance responsabilité civile (ou tiers, c’est la même chose). Elle est régulièrement exigée. Encore une fois, il ne faut pas compter sur l’aide des compagnies canadiennes. Nous utilisons le broker français « Mer assurances » qui nous fournit une police anglaise que nous payons environ 500 Euros par année. Encore une fois, un appel à tous pourrait vous fournir d’autres options.

Assurances santé:

La RAMQ vous offre la possibilité d’une année de couverture à l’extérieur du Québec durant 7 ans (il est possible de la conserver quelques mois de plus dépendant du temps de l’année où vous quittez le territoire). Il faut faire une demande par écrit pour l’obtenir. Tous les détails se trouvent sur le site web de la régie. Vous pouvez essayer de leur offrir de continuer à payer des cotisations en échange de la continuation d’une couverture mais, la réponse sera non. Donc après la première année, vous pouvez vous assurer au privé si tel est votre choix. Encore une fois, les pays visités ne l’obligent pas pour l’instant. La seule demande que nous avons eue parmi la trentaine de pays visités jusqu’à maintenant était celle d’un agent en Polynésie Française qui voulait une preuve d’assurance avant de fournir, pour nous, la caution d’entrée. Les compagnies canadiennes offrent seulement des polices pour compléter l’assurance offerte par la RAMQ. Je sais que DAN aux US offre des plans mais ils y en a sûrement d’autres.

Certains pays offrent des soins à prix raisonnables. Une consultation médicale peut coûter 50$ US en moyenne. Quelques-uns offrent des soins gratuitement si vos blessures ont été causées par un accident tel que la Nouvelle-Zélande. L’obtention d’antibiotiques au Vanuatu pour tuer un staphylocoque qui essayait de me bouffer la cheville a coûté la modique somme de 1$. L’injection d’un vaccin et la consultation avec un médecin spécialisé en maladies tropicales aux Canaries nous avait coûté 10 Euros plus le prix du vaccin. Ceci dit, une maladie grave, une chirurgie ou un accident sérieux peut faire monter la facture rapidement. À vous de décider comment gérer le risque.

Tau Here voilier-bidule <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage à la voile, le départ administratif des Québéquois la-vie-de-nomade blog

Statut social (sécu)

Au Canada, on est résident ou ont ne l’est pas. Si le choix est de ne pas l’être, vous n’aurez plus d’adresse, de compte de banque, de permis de conduire, … et vous aurez une adresse à l’étranger. Ce n’est pas très pratique pour nous alors nous restons résidents. Ceci implique d’avoir une adresse au Québec avec quelqu’un qui s’occupe d’ouvrir votre courrier. Ce n’est pas une grosse tâche car il n’y en aura pas beaucoup. À ma connaissance, aucune agence n’offre ce service chez nous contrairement à nos cousins français. Vu que le nombre de personnes logeant à un endroit n’influence pas les taxes ou les impôts à moins d’être seul, il est plus facile de trouver un volontaire pour nous aider.

Nous n’avons pas de sécurité sociale une fois en voyage mais il faut quand même fournir une déclaration d’impôts annuelle. Notez que si vous n’êtes plus éligible pour l’assurance maladie, vous ne devez pas non plus payer pour l’assurance médicaments qui est réclamée au moment de la déclaration. Le gouvernement du Québec a encore un peu de difficultés à comprendre ce point et nous devons leur rappeler à chaque déclaration. Vous pouvez remplir les déclarations par internet mais nous laissons une copine comptable les faire pour nous en échange de cadeaux exotiques d’un peu partout dans le monde. Il n’y a pas de démarches précises à effectuer auprès des gouvernements si vous restez résidents.

Permis de conduire et Passeport:

Contrairement à nos copains français, nous devons renouveler notre permis de conduire tous les ans. Les paiements peuvent se faire à distance mais pas le renouvellement de photo qui se fait aux quatre ans. Il est possible d’obtenir une année supplémentaire « sans photo » si vous en faites la demande par écrit à la SAAQ. Donc vous allez devoir prévoir un retour au Québec tous les cinq ans pour ce renouvellement. Si votre photo devient périmée quelques mois après votre départ, sachez qu’il est possible de faire prendre la photo jusqu’à 6 mois d’avance et la faire mettre à votre dossier jusqu’au renouvellement. Pour plus de 6 mois, vous allez devoir revenir. Nous n’avons pas de permis international et personne ne l’a jamais demandé. Par ailleurs, sur le site web de la SAAQ se trouve une feuille explicative en anglais du permis que l’on peut imprimer et montrer en cas de besoin.

Si votre plan est d’aller dans le sud, un visa n’est pas nécessaire pour plusieurs pays ou pour les États-Unis. Par contre si vous voulez sortir de cette zone, le passeport ainsi que des visas seront peut-être demandés. Par exemple, si vous voulez passer plus de 90 jours en Europe, il faut appliquer pour un visa longue durée. Le site web de voyage du gouvernement canadien (https://voyage.gc.ca) donne toutes les informations nécessaires. Pour un renouvellement de passeport à l’étranger, vous trouverez sur ce même site des informations sur les différentes ambassades qui offrent le service. Avant que l’expiration soit à 10 ans, j’ai dû refaire mon passeport à Trinidad et en Nouvelle-Zélande sans problème mais tout en anglais. Avec le nouveau délai, la plupart des voyageurs seront rentrés avant d’avoir besoin de renouveler. Pour des informations sur les procédures d’entrées et sortie des pays en bateaux, le site le plus complet est celui de Jimmy Cornell (www.noonsite.com) qui est en anglais seulement. Je partage aussi des informations sur mon blog mais seulement pour les pays à l’extérieur des Antilles où c’est plus compliqué.

Licence radio:

Selon la loi, vous devez obtenir une licence radio pour votre VHF si vous quittez le territoire. Ceci n’est pas la même chose que le certificat d’opérateur radio que vous devez avoir de toute façon au Québec. Les documents à remplir à l’arrivée dans un pays vont presque toujours vous le demander votre indicatif sans que personne ne semble vraiment vérifier. Ceci étant dit, c’est la loi alors voici le site web : https://www.tc.gc.ca/fra/securitemaritime/epe-navigation-radiocomms-faqs-1489.htm.

Tau Here voilier-bidule <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage à la voile, le départ administratif des Québéquois la-vie-de-nomade blog

Banques:

Il est intéressant de vérifier avec votre banque ce que vous pouvez ou non faire à distance avant de partir. Je m’en sors mieux en effectuant des transactions à partir de mon compte à la Caisse populaire que celui à la BMO par exemple. Il y aura peut-être des dispositions à prendre ou des changements à faire. Nous avons aussi remarqué des endroits où Visa est accepté et pas MasterCard ou vice versa. Ce n’est que pour de rares endroits mais si vous partez pour un tour du monde, ce n’est pas une mauvaise idée d’avoir les deux. Ne comptez pas trop sur vos cartes de banques pour effectuer des retraits d’argent. Cela fonctionne mieux avec les cartes de crédit.

Budget:

Mon expérience et mes lectures concordent avec ce qu’a écrit Sonia; un budget de 2000$ Can par mois pour deux est la moyenne. Bien sûr, certains vivent de poisson et de riz pour moins et d’autres aiment les marinas, les locations de voitures, les centres de plongée et ont besoin de plus. Soit les marins s’adaptent à leur budget, soit ils retournent au travail.

Communications:

Il y a eu un temps où l’on pouvait s’approcher de terre avec une antenne Wifi et trouver des réseaux internet ouvert et gratuit mais c’est moins vrai aujourd’hui. Et même, plus du tout à bien des endroits sauf dans certaines marinas. Le plus simple quand on est près des côtes est d’avoir un cellulaire avec accès débloqué pour tous les fournisseurs et qui peut aussi servir de point de connexion Wifi. Ensuite, il suffit d’acheter un SIM local pour le téléphone et l’Internet. S’il vous faut absolument un numéro fixe, Skype offre ce service. En mer, il y a le téléphone satellite, la BLU ou le radio HF. Nous sommes tous les deux radios amateur et nous ne regrettons pas encore notre choix car, même si nous entendons depuis presque 10 ans que cette technologie est vouée à disparaître, nous avons toujours été capable de communiquer. Chacun fait son choix mais, je le mentionne car si la radio est également le vôtre, il faut penser à obtenir la licence avant le départ. Pour plus d’info voir le site web du Réseau du Capitaine (www.lereseauducapitaine.qc.ca).

Conclusion :

Quel que soit votre pays de résidence, la préparation administrative du départ n’est pas à laisser au hasard. Y penser six mois à l’avance peut être un bon délai.
Merci à Lizanne pour toutes ces précisions concernant le Québec.

Et vous comment avez-vous préparé votre départ ?!

L'Atlas

Visitez notre guide nautique : ports, mouillages et découvertes terrestres

Carnet de Voyage

Histoires, Anecdotes, Voyage ...

Découvrez notre périple à la voile

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

 Être Nomade Digital, travailler et voyager en voilier

Être Nomade Digital, travailler et voyager en voilier

La Vie de Nomade

Il y a quelques années lorsque nous avons choisi de partir vivre en voilier, nous nous sommes questionnés sur notre avenir professionnel.

Certains voyageurs décident de faire un break de quelques mois ou années et vivent sur leurs économies durant cette période.

Pour notre part, nous ne voulions pas prévoir de date de retour. Plus qu’un voyage, nous avons fait un choix de vie. Celui de vivre sur notre voilier, voyager, découvrir, se laisser la possibilité de rester plusieurs semaines ou plusieurs mois au même endroit …

Tau Here etre-nomade-digital-1 <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Être Nomade Digital, travailler et voyager en voilier la-vie-de-nomade blog

Comment vivre librement et gagner sa vie ?

Une réponse possible est le nomadisme digital.

Il n’y a pas un profil de nomade digital, mais des dizaines : certains travaillent à distance comme salariés, d’autres (comme nous) sont freelance, d’autres encore mènent des projets d’entreprenariat. Le point commun entre tous : un ordinateur et une connexion internet.

Cependant, un ordinateur connecté ne suffira pas à faire de vous un travailleur-voyageur. Tout du moins ce n’est pas assez pour gagner l’argent dont vous avez besoin pour votre voyage et vos projets d’avenir.

Vous devrez vous organiser, créer votre réseau, partir à la recherche de prospect… Cela demande beaucoup de temps et d’investissement personnel. Mais avec un peu de motivation tout est possible !

Nous avons commencé notre activité en 2016 en même temps que notre voyage. Quelques mois plus tard, une grande pause dans l’exploration s’est imposée pour mettre réellement en place notre activité. Nous avons alors entamé une grande phase de travail et d’organisation.

Tau Here etre-nomade-digital-1 <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Être Nomade Digital, travailler et voyager en voilier la-vie-de-nomade blog

Les avantages du digital nomade :

Ce qui est génial aujourd’hui c’est qu’avec internet, vous pouvez aller loin : vous former, créer un réseau de partenaires, trouver des clients, faire votre veille technologique. Votre bureau et votre vie professionnelle tiennent dans un laptop 15 pouces !

Le digital nomade organise son temps et gère son emploi du temps professionnel. C’est un mode de vie qui permet d’avoir du temps pour soi. Nous concernant, nous divisons notre temps en trois grandes phases. Ainsi nous pouvons mener à bien nos activités professionnelles et nous dégager du temps pour le voyage et l’entretien du bateau.

  • Phases de travail : comme tout le monde, nous travaillons la semaine (et parfois même les week-ends), gérons notre clientèle, partons à la recherche de prospects, réalisons les projets que nos clients nous ont confiés. Cette phase est souvent très chargé, et implique parfois de rester quelques temps sur place pour se créer une petite routine dont nous avons besoin pour travailler. Ceci dit, les jours de repos, nous profitons du lieu où nous sommes : visitons, faisons des treks, rencontrons des gens, bref nous voyageons en travaillant !
  • Phases de transitions : ce sont les moments où nous finalisons nos contrats, préparons nos futures navigations, préparons le bateau … Nous sommes toujours disponibles pour nos clients et partenaires mais les journées de travail sont moins chargés.
  • Phase de voyages : c’est le but de notre mode de travail ! Nous voyageons, découvrons, rencontrons … Nous restons parfois connecté, parfois moins, selon les contrats que nous avons réalisé avant de partir et les affaires en cours avec nos partenaires.

Tau Here etre-nomade-digital-1 <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Être Nomade Digital, travailler et voyager en voilier la-vie-de-nomade blog

Devenir digital nomade

Pourquoi ne pas vous lancer ? La vie de digital nomade s’accommode parfaitement à la vie en voilier.

Beaucoup de travail vous attend et le fait d’être voyageur et marin vous apportera beaucoup dans  cette voie professionnelle. Le voyage, c’est la débrouille, la curiosité, démêler des problématiques et j’en passe !

Se lancer en freelance est chose aisée avec le statut d’auto-entrepreneur. Sans parler des plateformes de freelances qui vous permettront de trouver de la clientèle.

Combien gagne un nomade digital ?

Tout dépend de votre activité, du temps que vous y consacrez et de votre expérience dans le domaine. L’ancienneté et les réseaux que vous vous serez crées jouent également dans la balance. Certains nomades consacrent la majorité de leur temps à leur activité digitale, d’autres moins. Il est donc difficile de vous donner un chiffre exact.
Je vous parlerez donc de notre cas, cela vous donnera un exemple 😉
Nos besoins financiers sont différents de lorsque nous vivions à terre : pas de loyer, peu de charges annexes (assurances…). Il faut cependant consacrer un budget au port, à l’entretien du bateau, aux visites que nous souhaitons faire et bien sûr aux postes classiques : nourriture, assurance …
Alors de combien avons-nous besoin et combien gagnons-nous ?
Nous sommes freelance dans la réalisation de site web, un projet nous demande en moyenne trois semaines de travail (pour un site vitrine « classique »). Comme nous travaillons à deux, nous pouvons nous permettre de travailler sur deux ou trois projets à la fois (bien sûr tout dépend des projets, nous aimons le travail bien fait et préférons refuser des prestations ou les reporter à plus tard, plutôt que de bâcler le travail). Les bons mois nous pouvons espérer un salaire d’environ 3000€.
Bien sûr, ce n’est pas le cas tous les mois, et comme nous débutons, je dois vous avouer que nous n’avons encore jamais atteint ce seuil ! Cependant 1000 à 1500€ par mois est une bonne moyenne que nous arrivons à tenir et qui nous permet de vivre selon notre mode de vie. Je précise qu’il est ici question du salaire pour deux !

Ainsi, selon votre voyage, vos besoins, le confort qui vous est nécessaire, vous pourrez consacrer plus ou moins de temps à vos activités digitales et définir votre rémunération en fonction du marché et de votre profil. Certains Nomade Digital gagnent plus de 6000€/mois, d’autres, comme nous, tournent autours de 800 à 1000€.

A vous de fixer vos objectifs 😀

La formation du nomade digital

Rester formé et être à la pointe de ce qui se fait dans votre domaine n’a jamais été aussi simple. Le e-learning a le vent en poupe.

Pour ma part je me suis formé grâce à Open Classrooms. Issue d’une formation d’enseignante, j’ai changé de cap en octobre 2016.

Open Classrooms est actuellement LA référence pour se former aux métiers du numérique.

Tau Here etre-nomade-digital-1 <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Être Nomade Digital, travailler et voyager en voilier la-vie-de-nomade blog

Mais pourquoi diable ne pas s’inscrire simplement à l’université ou dans une école ?

J’y vois deux grandes raisons principales : quel que soit notre profil de (futur) nomade digital, nous avons souvent une activité qui nous prend du temps (freelance, salarié, voyageur…), quoi de mieux que de se former à son rythme ? Le soir en rentrant du travail, la journée en attendant votre prochain vol pour vos nouvelles aventures, ou encore en escale entre deux visites …

La seconde raison qui rejoint d’ailleurs la première, nous n’avons pas forcément besoin d’une formation diplômante. En revanche, le nomade digital doit toujours rester en veille et à la pointe de ce qui se fait dans son domaine. Vous allez par exemple avoir besoin d’une formation sur le marketing en ligne à un instant T pour lancer votre marque ou encore devoir apprendre à utiliser le logiciel Illustrator pour créer votre logo.

C’est ce que l’on appelle le « Just-in-time-learning » : pas de date de début et de fin de formation, vous commencez quand vous en avez besoin.

Open Classrooms a très bien développé ce concept. Vous pouvez soit vous former spontanément et gratuitement sur divers sujets via les cours en ligne, approfondir un peu plus en souscrivant à une offre payante (mais très raisonnable) qui vous permettra de réaliser des exercices et de vous faire corriger, ou encore vous inscrire à un parcours diplômant. Ces derniers sont plus chers, mais vous pouvez vous faire financer la formation via le pôle emploi, de plus ces diplômes sont reconnus par l’État et vous bénéficierez d’un accompagnement personnalisé.

Bien sûr Open Classrooms n’est pas ma seule ressource, Internet regorge de blogs, de sites, de tutos, sans parler de Youtube !
Le blog de Kalagan propose par exemple de nombreux conseils pour se lancer comme digital nomade. Il a récemment lancé un podcast très intéressant et donne de nombreux conseils et ressources pour le nomade digital. Un de ces articles fort intéressant : Ressources pour Digital Nomad, un concentré d’outils utiles ! Allez y faire un tour, vous trouverez toutes les nouveautés et actus sur sa page Facebook !

Conclusion :

Vivre librement avec ses propres contraintes n’est pas un rêve. Chacun avec un peu de volonté et de travail peut y arriver ! Travail et voyage peuvent aller de pair et c’est une tendance qui se répand de plus en plus.

Prenez le train en marche, celui-ci vous portera loin !

 

Des questions ? Des remarques ? Laissez un commentaire !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L'Atlas

Visitez notre guide nautique : ports, mouillages et découvertes terrestres

Carnet de Voyage

Histoires, Anecdotes, Voyage ...

Découvrez notre périple à la voile

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

 Partir en voilier, préparez votre départ administratif

Partir en voilier, préparez votre départ administratif

La Vie de Nomade

Mise à jour : Septembre 2017

Préparer son voyage en voilier demande de l’organisation. Et c’est encore plus vrai quand il s’agit de partir longtemps. Pour notre voyage sur Tau Here, nous avons rendu les clés de la maison, vendu tous nos meubles et la voiture. Après cela, il a encore fallu organiser toute la partie administrative. Nous restons domicilié en France pour nos impôts par exemple ou encore pour bénéficier de nos assurances.

Détails de la préparation d’un voyage au long-court.

Tau Here administratif-preparation-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Partir en voilier, préparez votre départ administratif la-vie-de-nomade

Les assurances

Sur Tau here nous avons fait le choix d’assurer notre bateau en tous-risques. C’est un budget conséquent, nous payons presque 1000€ à l’année. Ce n’est pas une obligation, mais nous avons fait ce choix car l’investissement fait lors de l’achat du bateau ainsi que la rénovation était conséquent. Assurer son bateau en tous-risques implique également de faire expertiser votre bateau. Certaines assurances exigent de contacter des experts certifiés par la compagnie. Il faut donc également prendre en compte le coût de cette expertise qui peut aller jusqu’à 1000€ selon les experts.

Mais ce n’est pas tout, si vous optez pour une tous-risques, n’oubliez pas de vous renseigner sur la façon dont la compagnie va prendre en charge le remboursement en cas de perte du bateau. En effet, deux options sont possibles :

  • Assurance en valeur agréé : Cette forme d’assurance maintien la valeur certifiée par un expert au moment de l’établissement du contrat d’assurance. En cas de perte totale, vous serez remboursé dans abattement.
  • Assurance en valeur vénale : En cas de perte totale vous serez remboursé à hauteur de la valeur de votre bateau au moment du sinistre et à dire d’expert.

En termes d’assurance pour votre voilier, la seule obligation est de l’assurer « au tiers ». C’est-à-dire une responsabilité civile en cas de dommage causé par votre bateau. Dans ce cas le budget est plus raisonnable (environ 300 ou 400 € l’année). Vous n’aurez pas besoin d’une expertise et trouverez plus facilement une compagnie pour vous couvrir. Car, oui opter pour une tous-risques implique également de trouver une compagnie d’accord pour vous couvrir en tour du monde. Selon le modèle et l’ancienneté de votre bateau, ce ne sera pas forcément chose aisée.

Côté santé, nous avons résilié nos contrats de mutuelles santé. Elles ne vous couvrent pas à l’étranger. Certaines vous prendront en charge en Europe ou dans le monde, mais pour une durée limitée généralement à 3 mois. Ces options sont en fait prévues pour les départs en vacance « classiques ». Nous avons alors opté pour une assurance privée avec une couverture mondiale. Et cela peut-être pratique en cas d’hospitalisation par exemple, mais ce n’est pas tout, si vous ne trouvez pas votre traitement habituel dans le pays où vous vous trouvez, l’assurance se chargera de vous le faire acheminer depuis la France.

Bien sûr ce n’est pas obligatoire, et si vous ne dépassez pas les frontières Européenne, la carte d’assurance maladie Européenne fera très bien l’affaire. Pensez à la faire éditer avant le départ en contactant votre organisme d’assurance maladie.
Nous avons eu l’occasion de l’utiliser quelques fois en Espagne, cela est très pratique, vous épargne beaucoup de « paperasse » et vous serez soigné sans suppléments si vous vous rendez dans un établissement public.

Tau Here administratif-preparation-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Partir en voilier, préparez votre départ administratif la-vie-de-nomade

Administration

Ah ! Nous abordons là un point délicat ! Comment faire pour partir loin, longtemps et en toute légalité ! Quand je dis légalité, c’est notamment au niveau des impôts, si vous avez des revenus en France par exemple, ou si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier, il vous faudra toujours vous acquitter de la taxe foncière. Une autre question importante est de savoir comment vous pouvez conserver votre sécurité sociale française ou encore où mettre votre adresse postale. Voilà tout un tas de chose à démêler avant le grand départ.  Voici notre parcours et les solutions possibles.

Adresse postale

Tout d’abord, comme je le disais, n’oubliez pas que si vous avez des revenus en France (retraite, revenus foncier, entreprise…) il vous faudra payer les impôts dessus. Pour cela, vous devrez avoir une adresse fiscale. Oui mais voilà, si comme nous vous emménagez dans votre bateau et quittez la maison, vous n’aurez plus d’adresse.

Certains ports acceptent de recevoir votre courrier. Si cela fait longtemps que vous y êtes, vous pouvez demander à la capitainerie si cela est possible. Cependant, ils ne traiteront pas le courrier pour vous, il vous faudra soit le faire acheminer jusqu’à vous, soit demander à un proche de s’en charger.

Autre solution : laisser son adresse chez un proche et lui laisser le soin de traiter votre courrier. C’est la solution que nous avons choisis. C’est celle qui ne coûte rien. Mais attention, il faut bien préciser au fisc qu’il s’agit là seulement d’une adresse de correspondance. En effet, c’est la seule solution pour que le proche en question ne subisse pas une hausse de sa taxe d’habitation. Malgré cela, il se peut que l’administration française vous demande de vous acquitter de cette taxe, car fiscalement vous êtes domicilié chez cette personne, l’administration fiscale ne fait pas de différences, que vous y résidiez ou non.

Concernant l’organisation, nous avons laissé à notre proche un classeur-trieur où il range simplement le courrier que nous recevons à l’intérieur. Ainsi il a peu de travail et ne se prend pas la tête à trier notre courrier. Lorsque nous recevons quelque chose d’important, il nous le scanne (aujourd’hui il y a des applications qui font cela sur les smartphone) et nous l’envoie par mail. Nous avons également pris le soin avant de partir de demander à tous les organismes avec qui sommes encore en contact (assurances ou autre) de correspondre avec nous par mail, on réduit ainsi le nombre de courrier que notre proche doit traiter.

La troisième solution, coûte un peu d’argent, mais à l’avantage de ne déranger personne ! Des sociétés se chargent de recevoir votre courrier, ils le trient, le classent, vous le réexpédient et vous envoient une version scannée de vos courriers. Selon le niveau de service que vous choisissez, cela est plus ou moins cher. Si vous avez une entreprise, vous pouvez également la domicilier chez eux.
Le courrier du voyageur est bien référencé, mais il en existe d’autres comme Ubidoca, pensez à comparer les tarifs !

Sécurité sociale

Vous devez aussi penser à votre statut auprès de la sécurité sociale. Si vous ne conservez pas une adresse française, vous ne bénéficierez plus du rattachement à la sécurité sociale. Attention car la plupart des assurances santé voyages ne fonctionnent que si vous en bénéficiez. Sinon, il vous faudra penser à une assurance voyage « sans rattachement à la sécurité sociale » qui souvent coûte très cher. Je ne vous parle pas de la CFE (Caisse pour les Français à l’Etranger) qui n’est possible que si vous disposez d’une adresse à l’étranger, ce qui n’est à priori pas le cas lorsque l’on voyage en voilier.

Attention également, il semblerait que les droits à la sécurité sociale ne se conservent qu’un an. Si vous comptez voyager plus longtemps que cela, il vous faudra prendre une assurance 100 % étranger. Une autre solution, c’est par exemple notre cas, si vous avez une entreprise en France, vous continuez à cotiser, il n’y a donc plus de soucis concernant votre rattachement à la sécurité sociale. Nous sommes freelances dans la création de site Web ce qui nous permet de cotiser à la sécurité sociale et donc de bénéficier de cette couverture. (Pour en savoir plus sur notre entreprise : c’est ICI !)

Tau Here administratif-preparation-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Partir en voilier, préparez votre départ administratif la-vie-de-nomade

Le téléphone à l’étranger.

Si vous quittez l’Europe, je n’ai malheureusement pas de solution à vous proposer. Si ce n’est de conserver votre numéro français avec le forfait le plus petit possible (il est possible de ne payer que 2 €/ mois), et ainsi pouvoir être contacté en cas de besoin.
La meilleure solution pour avoir de la data hors Europe étant de prendre un forfait sur place.

Si vous partez en Europe, ce qui est notre cas durant cette première partie du périple, il existe aujourd’hui des forfaits très intéressants et valables sur tout le territoire européen. Depuis que le roaming (surcoût des opérateurs à l’étranger) a été supprimé, les opérateurs proposent maintenant des forfaits très avantageux.

Nous avons pris un forfait chez Orange : Appels et SMS illimités en France et en Europe, 50 Go de data (forfait internet) en France, en Europe et dans les DOM. Cela est très pratique, nous pouvons appeler les proches, se servir du téléphone pour réserver les ports, appeler un taxi ou tout autre chose et surtout nous avons un accès internet qui nous permet de consulter nos mail,travailler ET consulter la météo où que l’on soit (pour peu que nous ayons une couverture réseau). Autant d’arguments qui nous ont décidé à prendre ce forfait. Nous payons 60 €/ mois.

Le budget

Autre point sensible : le budget ! Comment faisons-nous et quel est notre budget pour vivre et voyager à bord de Tau Here ?

Notre budget est le plus serré possible. Mais il faut savoir qu’il dépend de chacun. Nous avons rencontré ou lu des personnes vivant avec moins de 500 € par mois, d’autres au contraire ont un budget mensuel nettement plus confortable, 3000 € pour deux personnes, parfois plus.

En ce qui nous concerne, nous sommes dans la fourchette moyenne. Nous disposons d’un budget mensuel d’environ 1000à 1500 € pour deux. Cela nous convient, d’autant que le mode de vie est différent en voilier. Les dépenses ne sont pas les mêmes.

Nous dépensons en moyenne

  • 300 à 400€ de nourriture,
  • 60€ de forfait mobile,
  • 50€ de dépenses annexes (tabac, prendre une petite bière en terrasse ! …),
  • 250€ d’assurances

Le reste est consacré

  • Au port (nous payons en moyenne 350 € de place de port par mois, nous favorisons le maximum les mouillages, mais cela n’est pas toujours possible et il s’agit d’une moyenne. Parfois c’est plus et parfois moins !).
  • Comptez environ 350 € pour un plein de gasoil (300 litres)
  • Mettre de côté pour l’entretien annuel du bateau. Il vous faudra le sortir de l’eau au moins une fois par an et faire au minimum l’antifouling > en moyenne un budget de 800 € selon la taille de votre bateau.
  • N’oubliez pas les casses et les remplacements inévitables de certaines pièces vitales. Cela survient généralement lorsque l’on s’y attend le moins. Le mieux est d’avoir une petite réserve d’argent consacrée à ces choses-là.

Pour remplir la caisse de bord, c’est simple : nous travaillons comme freelance dans le web, parfois nous nous arrêtons et retournons en France pour travailler ponctuellement lorsque une occasion se présente.

Tau Here administratif-preparation-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Partir en voilier, préparez votre départ administratif la-vie-de-nomade

Conclusion

Le chemin administratif a été le parcours du combattant. Rien n’est prévu en France pour qui veut partir à notre manière. En effet il ne s’agit ni d’une expatriation, ni d’un départ pour faire des études, ni aucune autre case prévue pour les départs à l’étranger. Il faut donc jongler entre plusieurs statuts. Nous avons la chance d’avoir des proches sur qui nous pouvons compter et qui nous relaient l’administratif français.
Ne vous découragez pas et consacrez suffisamment de temps avant de partir pour ne pas vous faire surprendre par un imprévu administratif. Nous avons commencé à régler ces histoires six mois avant le départ, ce qui nous a permis d’avoir le temps de répondre à toutes nos questions, de trouver des interlocuteurs compétents et de voir avec nos proches l’organisation du départ, comme par exemple vendre la voiture une fois que nous serions partis.Si comme nous vous quittez votre maison, vous vous retrouverez certainement sous une masse croulante d’objets et de choses dont vous n’avez pas besoin ou que vous ne pouvez pas emporter ! Pensez au vide-maison. Cela a très bien fonctionné pour nous et nous a en plus apporté un petit pécule de départ. Nous avions fait une annonce sur le bon coin et laissé des affichettes aux commerçants du quartier. Nous avons bien sûr donné beaucoup de choses.

Nous espérons sincèrement que cet article vous aura aidé à préparer votre départ ! N’hésitez pas à nous poser des questions ! Nous ne prétendons nullement détenir le savoir ultime, mais le partage d’expérience est un bien précieux !EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrEnregistEnregistreEnregistrEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cet article vous a plu ?

Vous voulez en savoir sur la préparation du voyage en voilier ?

Consultez notre article sur le choix du bateau  !

L'Atlas

Visitez notre guide nautique : ports, mouillages et découvertes terrestres

Carnet de Voyage

Histoires, Anecdotes, Voyage ...

Découvrez notre périple à la voile

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

 Préparer son voyage en voilier, Équipement et pharmacie de bord

Préparer son voyage en voilier, Équipement et pharmacie de bord

La Vie de Nomade

Mise à jour : Septembre 2017

Partir en voyage en voilier c’est aussi s’équiper et armer convenablement son bateau. En mer, nous sommes livré à nous-même et il faut être capable d’autonomie pour subvenir à nos besoins. Équiper son voilier revient souvent à dépenser une belle somme d’argent. Cela est cependant nécessaire ! Voici comment nous fonctionnons sur Tau Here.

Tau Here equiper-son-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage en voilier, Équipement et pharmacie de bord la-vie-de-nomade

L’équipement.

Je commencerai cet article en parlant de l’électronique embarquée. Certes il y a encore quelques années les marins naviguaient au sextant et aux étoiles. Et il est nécessaire de savoir manier une carte et lire une boussole pour qui veut s’aventurer en mer. L’électronique a tout de même permis à la voile de se démocratiser et il est confortable d’avoir quelques bons outils fiables avec soi.

Selon nous, les trois éléments indispensables sont un sondeur, une VHF (de toute façon obligatoire) et bon pilote automatique qui vous permettra de voyager loin et longtemps en équipage réduit.

Il n’en reste pas moins que Tau Here est équipé d’une centrale de navigation (sondeur, anémomètre), un pilote automatique très bien dimensionné (il faut qu’il tienne la mer !), un radar, une VHF, un émetteur – récepteur AIS. Pour le GPS nous utilisons en plus des cartes marines une tablette disposant de l’application Navionics et Transas Isailor. Nous avons trouvé cette solution plus économique que d’acheter un lecteur de carte et les cartes électroniques. Pour plus de sécurité, nous avons les applications dupliqués sur un téléphone mobile. Transas Isailor nous permet de visualiser directement sur la carte les bateaux émettant un AIS.
Notre avis sur l’AIS : il ne remplace évidemment pas la veille visuelle. C’est cependant un outil très pratique et qui procure un véritable confort lors des quarts et particulièrement des quarts de nuit où il est parfois difficile d’évaluer les distances. Investir au minimum dans un récepteur vaut vraiment la peine !

Les guides nous sont également d’une aide précieuse. Nous utilisons les guides Imrays, certes un peu chers à l’achat (comptez environ 70€ le bouquin), mais qui donnent une liste exhaustive des ports et mouillages avec en prime les coordonnées des ports et des cartes officielles. Nous nous en servons très souvent pour comparer les informations que nous interprétons sur les cartes à celles proposées par le guide (peut-on mouiller ici ? Ce port a-t-il l’infrastructure nécessaire pour nous recevoir ? …). Toutes les zones ne sont pas éditées en français. Mais vous pourrez facilement les trouver en anglais sur Amazon. Guide Imray Vagnon

Tau Here equiper-son-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage en voilier, Équipement et pharmacie de bord la-vie-de-nomade

Équipement sécurité

L’équipement c’est aussi l’équipement de sécurité. A bord il est nécessaire et même obligatoire de disposer de certains accessoires et objets en cas de problèmes. Si, comme nous, vous battez pavillon français, voici la liste de ce que vous devez avoir obligatoirement à bord : Matériel de sécurité

En plus de tout cela, nous nous sommes confectionnés notre propre « sac de survie » dans le cas où nous devrions quitter le bateau. Ce joli sac étanche contient :

  • Quelques barres céréales (qui se conservent longtemps)
  • Une corne de brume
  • Un dessalinisateur manuel
  • Des couvertures de survies
  • Une boussole
  • Des antibiotiques et un anxiolytique
  • Un miroir de signalisation « Charles bianchetti » et son manuel d’utilisation
  • Trois battons lumineux

Sur le bureau du capitaine se trouve éaglement une fiche récapitulative plastifiée où l’on trouve les informations suivantes :

  • alphabet international
  • message d’urgence à faire à la VHF
  • les numéros pour contacter le CCMM (Centre de Consultation Médicale Maritime)
  • les numéros d’immatriculation et MMSI du bateau
  • les numéros de téléphone de l’assistance de notre assurance bateau et santé ainsi que les numéros de contrat.

Tau Here equiper-son-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage en voilier, Équipement et pharmacie de bord la-vie-de-nomade

La pharmacie de bord

La pharmacie de bord a également été pensée avec minutie et avec l’aide de notre médecin généraliste. Pour ne pas s’y perdre, nous avons élaboré une liste de tout ce que nous avons à bord, avec le nom de la molécule pour pouvoir s’en procurer à l’étranger si besoin ainsi que l’usage et la posologie.

Pour mettre au point cette pharmacie, nous sommes partis de la base de la « dotation médicale B – Plaisance hauturière » du Centre de Consultations Médicales Maritimes de Toulouse (CCMM) : dotation médicale B CCMM

Notez que le CCMM répond à vos questions en cas de besoins. Qu’il s’agisse d’une urgence ou non. Pensez à noter leur numéro quelque part :

  • par moyens radio VHF ou MF en relai avec les CROSS.
  • par télex : 32 ou 38.
  • par téléphonie satellite au 32 ou 38 sur le réseau INMARSAT ou au +33 5 34 39 33 33.
  • par fax au +33 5 61 77 24 11.

Tau Here equiper-son-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage en voilier, Équipement et pharmacie de bord la-vie-de-nomade

Pour conclure :

La préparation de l’équipement est un point important, nous vous conseillons de faire cela avec soin. Comme beaucoup de choses (pour ne pas dire tout !) lorsque l’on prépare un tel voyage, l’équipement a un coût non négligeable. Il faut donc le prendre en compte avant le départ. Écouter l’avis et l’expérience des autres navigateurs nous a été fort utile pour faire des choix. Mais il faut toujours agir selon son bon sens 😉

Ceci est notre façon d’avoir abordé les choses en ce qui concerne l’équipement, le matériel et la gestion de l’urgence. Nous ne saurions que trop vous conseillez de lire les documents officiels avant de partir au large et de consulter votre médecin qui saura très certainement bien vous renseigner sur la pharmacie de bord et l’usage de celle-ci. Division 240 du ministère de l’environnement durableEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cet article vous a plu ?

Vous voulez en savoir sur la préparation du voyage en voilier ?

Consultez notre article sur la préparation administrative  !

L'Atlas

Visitez notre guide nautique : ports, mouillages et découvertes terrestres

Carnet de Voyage

Histoires, Anecdotes, Voyage ...

Découvrez notre périple à la voile

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

 Préparer son voyage en voilier, Choix du bateau

Préparer son voyage en voilier, Choix du bateau

La Vie de Nomade

Mise à jour : Septembre 2017

Nombres de Blogs de voyageurs abordent cette question. Nous ne prétendons nullement apporter la solution, mais nous souhaitons partager notre expérience. Persuadés que c’est en capitalisant les informations que l’on peut se faire sa propre idée. Nous avons passés beaucoup de temps à lire les autres lors de la préparation de notre voyage. A notre tour de vous faire partager notre point de vue et le chemin parcouru jusqu’ici.

Tau Here 2016-07-Minorque045 <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage en voilier, Choix du bateau la-vie-de-nomade blog

Quel bateau ?!

Tout d’abord, pour partir en voyage sur les mers, il vous faudra un voilier, bien entendu. Tout commence lorsque vous commencez à rêver devant les bateaux dans les ports ou sur les annonces en ligne, et que vous vous projetez en route sur votre beau voilier parcourant les mers.
Le début du voyage est en marche, mais il faudra tout de même résoudre cette question sérieusement.
C’est le budget qui déterminera votre choix. Et en fonction de cela, vous devrez faire un choix parmi un large éventail de possibilités : monocoque, multicoque, acier, aluminium, composite, quillard, dériveur, clé en main, à retaper, entre les deux…
Quoi qu’il en soit ayez bien à l’esprit qu’il n’y a pas une solution idéale, mais autant de possibilités que de programme de navigation, de caractères, de façon de vivre ou encore de recherche (ou non) de confort.

N’étant pas spécialiste des différents types de bateaux, et internet regorgeant d’informations techniques, je vous propose de vous parler de nos choix et de vous les expliquer. En espérant que cela vous soit utile.

Nous cherchions un bateau confortable pour la vie à bord, solide, prêt à affronter la mer sans que l’équipage en souffre trop, manœuvrable en équipage réduit et assez grand pour recevoir des amis, des équipiers et pourquoi pas y fonder une famille.

Tau Here 2016-07-Minorque045 <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage en voilier, Choix du bateau la-vie-de-nomade blog

L’acier s’est révélé être le matériau idéal pour nous : il est robuste, on peut l’entretenir soi-même partout dans le monde (on trouve de l’acier même dans les endroits les plus reculés du monde). Un bateau en acier bien entretenu peut être fonctionnel et très bien vieillir durant des années et des années. De plus nous avons très vite remarqué que la plupart des bateaux aciers ont cette caractéristique de pouvoir être réaménagé et modifié facilement et à volonté.

Bien sûr tout n’est pas parfait : l’acier est lourd, si vous souhaitez aller « vite » et aimez la régate, je vous le déconseille vivement. Notre bateau fait de très bonnes performances mais ce n’est pas un régatier. De plus il faut l’entretenir régulièrement. La corrosion est inévitable et vous serrez en permanence à la chasse au point de rouille. Cela n’est pas tellement un problème si vous vivez dessus et que vous avez accès à la majorité des points bas, cales et autres endroits cachés.

Quelle longueur pour votre bateau ?

En ce qui concerne la taille du bateau, nous n’avons pas cherché au-delà de 13 mètres. Pour des raisons financières tout d’abord : le prix à l’achat, le prix des places de port, le coût d’entretien. Ensuite parce qu’il est plus aisé de manœuvrer un « petit » bateau lorsque l’on navigue à deux. Comme on entend souvent sur les pontons : « petit bateau, petit problème (et budget), gros bateau, gros problème (et budget) ». Tau Here fait 11,95 mètres.

Clé à main ou à retaper ?

Si votre budget vous le permets et que vous trouvez la perle rare prête à partir n’hésitez pas. A ceci près qu’il s’agisse d’un bateau déjà éprouvé. Je m’explique, les bateaux qui ont déjà fait de longs voyages ont cet avantage d’avoir cassé là où ils devaient casser, ont révélés leurs points faibles (mais aussi leurs points forts). Ainsi le vendeur aura réparé l’essentiel de ce qui est nécessaire à la bonne marche du bateau et vous informera de ce qui peut défaillir (on part du principe qu’il est honnête ! 😉 )

Nous avons choisi un bateau qui était prêt à partir mais dont l’équipement et le bateau en lui-même était à rafraichir. La structure était saine, le moteur neuf, l’accastillage et le gréement en bon état de marche. Il nous a fallu faire quelques travaux de rénovation pour en faire notre maison flottante idéale. Sablage du pont, changement de l’électronique, changement des plexi et modernisation de l’intérieur. Cela nous a tout de même pris plus de deux ans. Tout d’abord nous n’y travaillions seulement les week-ends, mais en plus nous n’étions pas des experts, Tau Here étant notre premier bateau, nous avons appris au fur et à mesure.

Tau Here 2016-07-Minorque045 <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage en voilier, Choix du bateau la-vie-de-nomade blog

Choix du chantier

Tau Here 2016-07-Minorque045 <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage en voilier, Choix du bateau la-vie-de-nomade blog Point important si vous décidez de faire de la rénovation vous-même, trouvez un bon chantier. Qu’est ce j’entends par « bon chantier » ? Tout d’abord, un chantier qui peut vous recevoir et vous permette de travailler sur le bateau (ce n’est pas le cas de tous). Si comme nous vous n’êtes pas des spécialistes navals, trouvez un endroit où vous pourrez communiquer avec les professionnels qui sont sur place. Vous n’imaginez pas le nombre de choses que l’on a appris à leurs côtés, le nombre de questions auxquelles ils ont répondus, sans compter qu’en tant que professionnels ils ont accès aux catalogues de fournitures essentielles à l’avancement de votre projet. Bref, un « bon chantier » c’est précieux. Tau Here 2016-07-Minorque045 <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage en voilier, Choix du bateau la-vie-de-nomade blog Renseignez-vous avant d’en choisir un. Posez-leur des questions, demandeTau Here 2016-07-Minorque045 <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Préparer son voyage en voilier, Choix du bateau la-vie-de-nomade blog z l’avis des  gens autour de vous et n’hésitez pas à déplacer le bateau dans un « bon chantier », même si cela est un peu loin de chez vous. Nous faisions plus d’une heure trente de route pour nous y rendre et devions trouver une solution pour nous loger tant que le bateau était en pièce. Cela nous a donné un peu de fil à retordre mais nous ne regrettons en rien le choix que nous avons fait, tant nous étions entourés de professionnels à l’écoute, généreux en conseils et disposés à nous aider lorsque cela était nécessaire.

Pour conclure

Choisir son bateau est un moment très excitant ! Lors de vos visites, posez toutes les questions possibles au vendeur. L’idéal étant de communiquer directement avec le propriétaire qui connait son bateau mieux que personne. Faites des essais sur l’eau, soulevez les planchers, vérifier le gréement, faites un point sur l’électronique de bord …
Si des travaux sont à prévoir, faites des devis pour évaluer la hauteur du budget et comptez toujours un peu plus. En rénovant, vous trouverez toujours des petits couacs ou imprévus !Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cet article vous a plu ?

Vous voulez en savoir sur la préparation du voyage en voilier ?

Consultez notre article sur la préparation administrative  !

L'Atlas

Visitez notre guide nautique : ports, mouillages et découvertes terrestres

Carnet de Voyage

Histoires, Anecdotes, Voyage ...

Découvrez notre périple à la voile

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Pin It on Pinterest