La Vie de Nomade

Partir en voilier, préparez votre départ administratif

18 Oct, 2016 | La vie de nomade | 0 commentaires

Mise à jour : Septembre 2017

Préparer son voyage en voilier demande de l’organisation. Et c’est encore plus vrai quand il s’agit de partir longtemps. Pour notre voyage sur Tau Here, nous avons rendu les clés de la maison, vendu tous nos meubles et la voiture. Après cela, il a encore fallu organiser toute la partie administrative. Nous restons domicilié en France pour nos impôts par exemple ou encore pour bénéficier de nos assurances.

Détails de la préparation d’un voyage au long-court.

Tau Here administratif-preparation-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Partir en voilier, préparez votre départ administratif la-vie-de-nomade

Les assurances

Sur Tau here nous avons fait le choix d’assurer notre bateau en tous-risques. C’est un budget conséquent, nous payons presque 1000€ à l’année. Ce n’est pas une obligation, mais nous avons fait ce choix car l’investissement fait lors de l’achat du bateau ainsi que la rénovation était conséquent. Assurer son bateau en tous-risques implique également de faire expertiser votre bateau. Certaines assurances exigent de contacter des experts certifiés par la compagnie. Il faut donc également prendre en compte le coût de cette expertise qui peut aller jusqu’à 1000€ selon les experts.

Mais ce n’est pas tout, si vous optez pour une tous-risques, n’oubliez pas de vous renseigner sur la façon dont la compagnie va prendre en charge le remboursement en cas de perte du bateau. En effet, deux options sont possibles :

  • Assurance en valeur agréé : Cette forme d’assurance maintien la valeur certifiée par un expert au moment de l’établissement du contrat d’assurance. En cas de perte totale, vous serez remboursé dans abattement.
  • Assurance en valeur vénale : En cas de perte totale vous serez remboursé à hauteur de la valeur de votre bateau au moment du sinistre et à dire d’expert.

En termes d’assurance pour votre voilier, la seule obligation est de l’assurer « au tiers ». C’est-à-dire une responsabilité civile en cas de dommage causé par votre bateau. Dans ce cas le budget est plus raisonnable (environ 300 ou 400 € l’année). Vous n’aurez pas besoin d’une expertise et trouverez plus facilement une compagnie pour vous couvrir. Car, oui opter pour une tous-risques implique également de trouver une compagnie d’accord pour vous couvrir en tour du monde. Selon le modèle et l’ancienneté de votre bateau, ce ne sera pas forcément chose aisée.

Côté santé, nous avons résilié nos contrats de mutuelles santé. Elles ne vous couvrent pas à l’étranger. Certaines vous prendront en charge en Europe ou dans le monde, mais pour une durée limitée généralement à 3 mois. Ces options sont en fait prévues pour les départs en vacance « classiques ». Nous avons alors opté pour une assurance privée avec une couverture mondiale. Et cela peut-être pratique en cas d’hospitalisation par exemple, mais ce n’est pas tout, si vous ne trouvez pas votre traitement habituel dans le pays où vous vous trouvez, l’assurance se chargera de vous le faire acheminer depuis la France.

Bien sûr ce n’est pas obligatoire, et si vous ne dépassez pas les frontières Européenne, la carte d’assurance maladie Européenne fera très bien l’affaire. Pensez à la faire éditer avant le départ en contactant votre organisme d’assurance maladie.
Nous avons eu l’occasion de l’utiliser quelques fois en Espagne, cela est très pratique, vous épargne beaucoup de « paperasse » et vous serez soigné sans suppléments si vous vous rendez dans un établissement public.

Tau Here administratif-preparation-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Partir en voilier, préparez votre départ administratif la-vie-de-nomade

Administration

Ah ! Nous abordons là un point délicat ! Comment faire pour partir loin, longtemps et en toute légalité ! Quand je dis légalité, c’est notamment au niveau des impôts, si vous avez des revenus en France par exemple, ou si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier, il vous faudra toujours vous acquitter de la taxe foncière. Une autre question importante est de savoir comment vous pouvez conserver votre sécurité sociale française ou encore où mettre votre adresse postale. Voilà tout un tas de chose à démêler avant le grand départ.  Voici notre parcours et les solutions possibles.

Adresse postale

Tout d’abord, comme je le disais, n’oubliez pas que si vous avez des revenus en France (retraite, revenus foncier, entreprise…) il vous faudra payer les impôts dessus. Pour cela, vous devrez avoir une adresse fiscale. Oui mais voilà, si comme nous vous emménagez dans votre bateau et quittez la maison, vous n’aurez plus d’adresse.

Certains ports acceptent de recevoir votre courrier. Si cela fait longtemps que vous y êtes, vous pouvez demander à la capitainerie si cela est possible. Cependant, ils ne traiteront pas le courrier pour vous, il vous faudra soit le faire acheminer jusqu’à vous, soit demander à un proche de s’en charger.

Autre solution : laisser son adresse chez un proche et lui laisser le soin de traiter votre courrier. C’est la solution que nous avons choisis. C’est celle qui ne coûte rien. Mais attention, il faut bien préciser au fisc qu’il s’agit là seulement d’une adresse de correspondance. En effet, c’est la seule solution pour que le proche en question ne subisse pas une hausse de sa taxe d’habitation. Malgré cela, il se peut que l’administration française vous demande de vous acquitter de cette taxe, car fiscalement vous êtes domicilié chez cette personne, l’administration fiscale ne fait pas de différences, que vous y résidiez ou non.

Concernant l’organisation, nous avons laissé à notre proche un classeur-trieur où il range simplement le courrier que nous recevons à l’intérieur. Ainsi il a peu de travail et ne se prend pas la tête à trier notre courrier. Lorsque nous recevons quelque chose d’important, il nous le scanne (aujourd’hui il y a des applications qui font cela sur les smartphone) et nous l’envoie par mail. Nous avons également pris le soin avant de partir de demander à tous les organismes avec qui sommes encore en contact (assurances ou autre) de correspondre avec nous par mail, on réduit ainsi le nombre de courrier que notre proche doit traiter.

La troisième solution, coûte un peu d’argent, mais à l’avantage de ne déranger personne ! Des sociétés se chargent de recevoir votre courrier, ils le trient, le classent, vous le réexpédient et vous envoient une version scannée de vos courriers. Selon le niveau de service que vous choisissez, cela est plus ou moins cher. Si vous avez une entreprise, vous pouvez également la domicilier chez eux.
Le courrier du voyageur est bien référencé, mais il en existe d’autres comme Ubidoca, pensez à comparer les tarifs !

Sécurité sociale

Vous devez aussi penser à votre statut auprès de la sécurité sociale. Si vous ne conservez pas une adresse française, vous ne bénéficierez plus du rattachement à la sécurité sociale. Attention car la plupart des assurances santé voyages ne fonctionnent que si vous en bénéficiez. Sinon, il vous faudra penser à une assurance voyage « sans rattachement à la sécurité sociale » qui souvent coûte très cher. Je ne vous parle pas de la CFE (Caisse pour les Français à l’Etranger) qui n’est possible que si vous disposez d’une adresse à l’étranger, ce qui n’est à priori pas le cas lorsque l’on voyage en voilier.

Attention également, il semblerait que les droits à la sécurité sociale ne se conservent qu’un an. Si vous comptez voyager plus longtemps que cela, il vous faudra prendre une assurance 100 % étranger. Une autre solution, c’est par exemple notre cas, si vous avez une entreprise en France, vous continuez à cotiser, il n’y a donc plus de soucis concernant votre rattachement à la sécurité sociale. Nous sommes freelances dans la création de site Web ce qui nous permet de cotiser à la sécurité sociale et donc de bénéficier de cette couverture. (Pour en savoir plus sur notre entreprise : c’est ICI !)

Tau Here administratif-preparation-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Partir en voilier, préparez votre départ administratif la-vie-de-nomade

Le téléphone à l’étranger.

Si vous quittez l’Europe, je n’ai malheureusement pas de solution à vous proposer. Si ce n’est de conserver votre numéro français avec le forfait le plus petit possible (il est possible de ne payer que 2 €/ mois), et ainsi pouvoir être contacté en cas de besoin.
La meilleure solution pour avoir de la data hors Europe étant de prendre un forfait sur place.

Si vous partez en Europe, ce qui est notre cas durant cette première partie du périple, il existe aujourd’hui des forfaits très intéressants et valables sur tout le territoire européen. Depuis que le roaming (surcoût des opérateurs à l’étranger) a été supprimé, les opérateurs proposent maintenant des forfaits très avantageux.

Nous avons pris un forfait chez Orange : Appels et SMS illimités en France et en Europe, 50 Go de data (forfait internet) en France, en Europe et dans les DOM. Cela est très pratique, nous pouvons appeler les proches, se servir du téléphone pour réserver les ports, appeler un taxi ou tout autre chose et surtout nous avons un accès internet qui nous permet de consulter nos mail,travailler ET consulter la météo où que l’on soit (pour peu que nous ayons une couverture réseau). Autant d’arguments qui nous ont décidé à prendre ce forfait. Nous payons 60 €/ mois.

Le budget

Autre point sensible : le budget ! Comment faisons-nous et quel est notre budget pour vivre et voyager à bord de Tau Here ?

Notre budget est le plus serré possible. Mais il faut savoir qu’il dépend de chacun. Nous avons rencontré ou lu des personnes vivant avec moins de 500 € par mois, d’autres au contraire ont un budget mensuel nettement plus confortable, 3000 € pour deux personnes, parfois plus.

En ce qui nous concerne, nous sommes dans la fourchette moyenne. Nous disposons d’un budget mensuel d’environ 1000à 1500 € pour deux. Cela nous convient, d’autant que le mode de vie est différent en voilier. Les dépenses ne sont pas les mêmes.

Nous dépensons en moyenne

  • 300 à 400€ de nourriture,
  • 60€ de forfait mobile,
  • 50€ de dépenses annexes (tabac, prendre une petite bière en terrasse ! …),
  • 250€ d’assurances

Le reste est consacré

  • Au port (nous payons en moyenne 350 € de place de port par mois, nous favorisons le maximum les mouillages, mais cela n’est pas toujours possible et il s’agit d’une moyenne. Parfois c’est plus et parfois moins !).
  • Comptez environ 350 € pour un plein de gasoil (300 litres)
  • Mettre de côté pour l’entretien annuel du bateau. Il vous faudra le sortir de l’eau au moins une fois par an et faire au minimum l’antifouling > en moyenne un budget de 800 € selon la taille de votre bateau.
  • N’oubliez pas les casses et les remplacements inévitables de certaines pièces vitales. Cela survient généralement lorsque l’on s’y attend le moins. Le mieux est d’avoir une petite réserve d’argent consacrée à ces choses-là.

Pour remplir la caisse de bord, c’est simple : nous travaillons comme freelance dans le web, parfois nous nous arrêtons et retournons en France pour travailler ponctuellement lorsque une occasion se présente.

Tau Here administratif-preparation-voilier <i class="fa fa-lightbulb-o" aria-hidden="true"></i> Partir en voilier, préparez votre départ administratif la-vie-de-nomade

Conclusion

Le chemin administratif a été le parcours du combattant. Rien n’est prévu en France pour qui veut partir à notre manière. En effet il ne s’agit ni d’une expatriation, ni d’un départ pour faire des études, ni aucune autre case prévue pour les départs à l’étranger. Il faut donc jongler entre plusieurs statuts. Nous avons la chance d’avoir des proches sur qui nous pouvons compter et qui nous relaient l’administratif français.
Ne vous découragez pas et consacrez suffisamment de temps avant de partir pour ne pas vous faire surprendre par un imprévu administratif. Nous avons commencé à régler ces histoires six mois avant le départ, ce qui nous a permis d’avoir le temps de répondre à toutes nos questions, de trouver des interlocuteurs compétents et de voir avec nos proches l’organisation du départ, comme par exemple vendre la voiture une fois que nous serions partis.Si comme nous vous quittez votre maison, vous vous retrouverez certainement sous une masse croulante d’objets et de choses dont vous n’avez pas besoin ou que vous ne pouvez pas emporter ! Pensez au vide-maison. Cela a très bien fonctionné pour nous et nous a en plus apporté un petit pécule de départ. Nous avions fait une annonce sur le bon coin et laissé des affichettes aux commerçants du quartier. Nous avons bien sûr donné beaucoup de choses.

Nous espérons sincèrement que cet article vous aura aidé à préparer votre départ ! N’hésitez pas à nous poser des questions ! Nous ne prétendons nullement détenir le savoir ultime, mais le partage d’expérience est un bien précieux !EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrEnregistEnregistreEnregistrEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cet article vous a plu ?

Vous voulez en savoir sur la préparation du voyage en voilier ?

Consultez notre article sur le choix du bateau  !

L'Atlas

Visitez notre guide nautique : ports, mouillages et découvertes terrestres

Carnet de Voyage

Histoires, Anecdotes, Voyage ...

Découvrez notre périple à la voile

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Pin It on Pinterest

Share This